Le passage à l’électrique se fait progressivement sur l’ensemble du globe.

COMMENT L’ÉLECTRIFICATION CHANGE LE MONDE ?

Le développement des voitures électriques est enclenché.

Comment l’électrification change le monde ?Le développement des voitures électriques est enclenché.

Le développement des voitures électriques est enclenché. BMW Group a déjà la gamme de véhicules électrifiés la plus large du marché, et la portera à 25 modèles d’ici 2023. Mais comment cet essor bouleverse-t-il les usages et les équilibres géostratégiques ? Et avec quelles conséquences au quotidien ? Le point avec Nicolas Meilhan, senior advisor chez EV-Volumes.

Voir plus

« Avant, pour alimenter nos lampes, on utilisait de l’huile de baleine et on les exterminait. Aujourd’hui, pour alimenter nos voitures, on utilise beaucoup de pétrole et on pourrait en manquer… »

Pour Nicolas Meilhan, expert sur la question, le 19ème siècle n’est pas si loin. Tout comme l’électrification des foyers a permis de sauver – en partie – les baleines, celle du transport pourrait empêcher d’autres types de dégâts : « les véhicules thermiques émettent des polluants atmosphériques qui posent des problèmes sanitaires, poursuit-il. L’idée, c’est donc d’électrifier les usages pour remplacer les énergies fossiles comme le pétrole, dont le transport dépend à 95%. Mais des voitures hybrides pourraient aussi présenter un compromis intéressant. »

 

Parce que dans les faits, l’électromobilité soulève de nombreuses interrogations à la fois environnementales, sociétales et géostratégiques. Et tout commence sous le capot des voitures, au niveau des batteries.

Voir plus
Nicolas Meilhan, Senior advisor chez EV-volumes et expert des questions de mobilité électrique.

© Nicolas Meilhan

Le centre de compétences en cellules de batteries à Munich qui a pour objectif d’accélérer le développement des batteries pour véhicules électriques.

© BMW Group

LA CHINE VEUT SA PART DU GÂTEAU.

Fabriquées en autres à partir de cobalt et de nickel, les batteries électriques consomment beaucoup de métaux rares. Des gisements qui pourraient disparaître si le véhicule électrique se démocratisait. De plus, la dépendance à ces métaux et aux terres rares (également employées pour fabriquer les batteries) s’apparenterait à celle qui lie les producteurs et les usagers au pétrole actuellement. Et ce n’est pas tout : « Aujourd’hui, le cobalt est extrait à 65 % en République Démocratique du Congo, regrette Nicolas Meilhan. Un pays qui n’a rien de démocratique où de nombreuses mines artisanales exploitent encore des enfants. » C’est d’ailleurs la raison pour laquelle BMW Group a décidé de changer ses modalités d’approvisionnement en se tournant notamment vers l’Australie, mais surtout le Maroc. Par ailleurs, le groupe a également participé à la création d’un projet pilote d’exploitation durable en RDC.

Voir plus

Autre problème : ce cobalt est acheminé en Chine, qui maîtrise aujourd’hui 80 % de son raffinage pour les applications de batteries : « la Chine voulant devenir le premier producteur mondial de voitures électriques, elle se servira en premier de ce cobalt raffiné. Pour contrecarrer cette position suprématiste, l’Europe n’a pas d’autres choix que de devenir autonome sur l’extraction et le raffinage des métaux. » Oui, mais il faudra d’abord qu’elle comble son retard sur les producteurs asiatiques : « Samsung, LG ou Panasonic se sont positionnés très tôt sur les voitures électriques. Et des fabricants de batteries chinois comme CATL ont déjà pris une position de leader. L’Europe a raté ce train mais a prévu depuis un grand plan pour aider ses acteurs : « l’Airbus des batteries ». Et pour le senior advisor d’EV-Volumes, l’enjeu est clair : « La voiture électrique se construit autour de la batterie. Celui qui maîtrise sa production aura le marché et décidera de l’endroit où la voiture sera fabriquée. » BMW Group s’est ainsi associé à Northvolt afin de garantir une production de cellules de batterie responsable et en Europe.

Voir plus

QUAND LES VILLES S’ADAPTENT.

Au-delà du prix, l’usage pose également question : « La voiture électrique convient avant tout pour les trajets du quotidien, rarement pour les longues distances (500km maximum). Il faut être multi-motorisé, car l’électrique ne couvre pas tous les besoins. » Un autre argument en faveur des véhicules hybrides ? Certainement, mais Nicolas Meilhan s’étonne qu’on ne « donne pas un avantage sur l’utilisation de l’électrique en ville ». C’est déjà le cas en Allemagne, où 80 % des véhicules diesel ancienne génération en circulation n’ont plus accès aux centres-villes, « mais ce sera aussi le cas pour Paris dès 2024. » D’ailleurs, la capitale fait partie - tout comme Lyon, Marseille, Bordeaux ou Strasbourg – des 80 villes européennes dans lesquelles ont été autorisées les zones à faibles émissions. L’occasion de noter que les voitures hybrides rechargeables du BMW Group sont équipées de la technologie intelligente embarquée  E-Drive Zone qui bascule automatiquement en  mode conduite 100% électrique dans ces zones.

Voir plus
Face à l’interdiction des véhicules diésels dans de nombreuses villes européennes, les voitures électriques envahissent peu à peu les rues.

© BMW Group

Les bornes de recharges : l’autre défis du développement des véhicules électriques.

© BMW Group

Au niveau des exemples à suivre, un pays fait la course en tête : la Norvège. « Le péage et le stationnement y sont notamment gratuits pour les voitures électriques. » Une initiative louable qui ne règle pourtant pas le problème des bornes de recharge : « Aujourd’hui, beaucoup voudraient s’acheter un scooter électrique, mais ne le font pas à cause du manque de prises de recharge. » Mais comme le projet londonien Ubitricity et ses lampadaires équipés de prises le prouve, les choses avancent. Et pas uniquement au niveau des usages. BMW Group travaille d’ores et déjà à réduire l’impact écologique de ses voitures thermiques, tout en optimisant le bilan carbone lié à la production de ses véhicules électriques. Et en laissant, d’ailleurs, les baleines en dehors de tout ça.

Voir plus
De Product First à Client First, par Frank-Emanuel SCHLÖDER, Directeur Marketing BMW France

POURQUOI BMW GROUP IMAGINE SES VOITURES EN FONCTION DE VOUS ?

Tribune de Frank-Emanuel SCHLÖDER, Directeur Marketing BMW France : Chez BMW Group, nous pensions être user centric. Après tout, nous fabriquons des voitures Premium pour des clients exigeants depuis plus de cent ans. Mais l’étions-nous vraiment ?
Décarbonner le transport maritime : la clef d'échanges internationaux plus écologiques

ET SI LE TRANSPORT MARITIME PASSAIT AU VERT ?

Transportant près de 10 milliards de tonnes de marchandises sur les mers du globe chaque année, les porte-containers assurent 90% du commerce mondial. Nombreux et efficaces, ils ne sont pas pourtant pas très écologiques. Mais tout cela est sur le point de changer…